Vendredi 28 juin 2013 5 28 /06 /Juin /2013 13:33
- Par L'Equipe d'Hermas
Voir les 0 commentaires
Vendredi 28 juin 2013 5 28 /06 /Juin /2013 13:15
- Par IPF

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE


L'INSTITUT DE POLITIQUE FAMILIALE

 

 

Répression policière inouïe de l’opposition politique en France dénoncée au Conseil de l’Europe : 1000 interpellations et 500 gardes à vue en 2 mois !

 

L'Institut de Politique Familiale était présent lors de l'audition publique sur la « Manif pour tous » et la répression policière en France, organisée en marge de la session de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe ce mercredi 26 juin.

 

Cet événement était organisé par le groupe politique du Parti Populaire Européen (PPE), en collaboration avec l'ONG European Centre for Law and Justice.

 

Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous, a dénoncé les arrestations arbitraires dont sont victimes les opposants à la loi Taubira sur « le mariage pour tous », qui manifestent pacifiquement leur opposition depuis novembre 2012.

 

Ce ne sont pas moins de 1000 interpellations et 500 gardes à vue qu'ont dû subir ces opposants au « mariage pour tous » depuis la manifestation du 24 mars 2013. 99 % des personnes interpellées ou mises en gardes à vue sont relâchées, sans aucune sanction. À ce jour, une seule peine d'emprisonnement a été prononcée à l'encontre d'un jeune homme de 23 ans, Nicolas Bernard-Buss.

 

La présidente de la Manif pour tous a dénoncé les conditions de détention scandaleuses et contraires aux Droits de l’Homme subies par le jeune Nicolas : cantonné à l'isolement, coupé de tout contact humain, si ce n'est lors de deux fouilles quotidiennes, faites dans des conditions humiliantes, privé de toute hygiène – toilette, recevant ses plateaux-repas à travers une trappe.

 

Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps Français était également présente et a dénoncé la volonté de M. Valls d'interdire le Printemps français. Elle a défendu l'impossibilité de dissoudre ce mouvement qui n'est pas une organisation mais un état d'esprit né au soir de la manifestation du 24 mars 2013, une « insurrection pacifique des consciences ».

 

Enfin, Gregor Puppinck, Directeur Général du Centre Européen pour la Justice et les Droits de l'Homme, CEJDH, a rendu un rapport constitué d'une compilation de plus d'une centaine de témoignages de répressions policières qui eurent lieu lors des Manif pour tous.

 

L’Institut de Politique Familiale félicite le CEJDH pour son action  qui a abouti à une résolution de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe dénonçant les violences policières en France ce 27 juin 2013.

 

À télécharger : RAPPORT de "Témoignages de victimes de répressions policières"

 

À télécharger : RÉSOLUTION de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe

 

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Société
Jeudi 30 mai 2013 4 30 /05 /Mai /2013 12:38
- Par L'Equipe d'Hermas

Capture.JPG

 

N° de parution : 59

Saison : Printemps 2013

Pour plus d'information et pour commander : cliquer sur l'image ci-dessus

 

"Le projet de loi Taubira « ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe » nous place devant une situation inédite : au nom de l’égalité, l’institution humaine la plus universelle, reçue comme le lieu fondateur et protecteur de la liberté et de la citoyenneté, serait fragilisée dans ses fondements par la prétention autoritaire du gouvernement à en décider les contours. Comment imaginer en effet qu’une institution puisse remplir son rôle protecteur si les liens qu’elle tisse sont fondés sur la seule volonté ? C’est une véritable déstabilisation des relations humaines qui va ainsi s’opérer sous nos yeux. Oui, ce mariage serait un faux mariage, un mariage sans norme objective, un mariage véritablement a-normal. En disposant du mariage, l’État s’arroge un pouvoir sur les structures indisponibles de la société civile : il est juste que tout homme public soucieux du bien commun invoque sa conscience pour refuser de lui apporter son concours.

 

"Hommage à Benoît XVI

 

"L’élection du pape François a éclipsé le choc de la renonciation surprise de Benoît XVI, mais elle ne peut pas effacer notre dette à l’égard du successeur de Jean Paul II. Dans ce numéro, Liberté politique lui rend hommage en soulignant l’apport magistral de sa pensée à l’Église et au monde. Le pape théologien fut notamment le pape de la liberté politique : il n’y a pas de droit sans vérité, mais la vérité n’appartient à personne, c’est elle qui nous possède, c’est elle qui nous libère. « Par leur présence, les chrétiens montrent à l’État qu’il n’a pas tous les droits. » [tiré du site Liberté politique.com]

Voir les 0 commentaires
Mercredi 29 mai 2013 3 29 /05 /Mai /2013 14:22
- Par L'Equipe d'Hermas

Enfant.jpg

 

Photo hélas éloquente

tirée de Nouvel Arbitre

Voir les 0 commentaires Publié dans : Société
Mercredi 29 mai 2013 3 29 /05 /Mai /2013 09:41
- Par L'Equipe d'Hermas

Tremblay.jpg Il y a bien des années déjà, nous avions évoqué les démêlées de M. TREMBLAY, maire de Saguenay, en raison des poursuites dont il était l'objet parce qu'il récitait une prière avant chaque réunion du conseil municipal.

 

L'affaire traînait depuis 2007, époque où le "Mouvement laïque du Québec" avait porté plainte contre lui auprès de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, au côté de M. Alain SIMONEAU, pour avoir porté atteinte à la liberté et de conscience et de religion de ce dernier.

 

On consultera à cet égard les articles que HERMAS.INFO avait publié sur le sujet.

 

Après une première décision, défavorable, en 2007, la Cour d'appel du Québec vient de donner raison à M. TREMBLAY.


Ne manquez pas de lui apporter vos encouragements et votre soutien !


Voir : LE QUOTIDIEN


Pour ce faire, écrivez ici : opinion@lequotidien.com

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Société
Lundi 27 mai 2013 1 27 /05 /Mai /2013 11:13
- Par L'Equipe d'Hermas

Undenous.jpg

 

La question du pseudo "mariage pour tous" n'est qu'un volet d'une vaste guerre menée contre la loi naturelle pour imposer une idéologie mondialisée qu'il est difficile de ne pas qualifier de "diabolique" au regard de sa généralisation et de sa profondeur.

 

Cette guerre et cette idéologie se caractérisent par une volonté universelle de porter atteinte à tout ce qui concerne la vie et son rapport intrinsèque à la transcendance et à la création : la vie communiquée, la vie naissante, l'éducation de la vie et à la vie, le respect de la vie de la conception à la mort.

 

Cette guerre passe par la manipulation de l'embryon, son industrialisation, sa "chosification", son déni d'humanité.

 

Le devoir et l'honneur de tout être humain digne de ce nom, à l'inverse, est de s'opposer autant qu'il le peut à cette subversion radicale.

 

Nous vous invitons à soutenir la présente initiative [cliquer sur l'image pour vous rendre sur le site].

 

Texte.jpg

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Société
Vendredi 24 mai 2013 5 24 /05 /Mai /2013 18:17
- Par L'Equipe d'Hermas

Manif26mai.JPG

 

Petits et grands, ne manquez pas ce rendez-vous pour faire entendre votre voix

à ceux qui veulent par tous les moyens la faire taire !

 

Ne vous exposez pas au risque de vous dire, demain,

avec un regret qui sera devenu vain :

"Je n'y étais pas !"

 

Toute manifestation de notre part compte aujourd'hui


pour protester encore contre un texte inique qui, quoique voté,

n'aura jamais raison de loi et n'est imposé que par la violence.


Parce qu'une loi véritable ne peut violer ni les exigences de la raison, ni les consciences, ni porter gravement atteinte au bien commun de la famille et de la société, ainsi que le fait le texte Taubira.

 

Ne nous laissons pas non plus décourager par la lâcheté des politiciens,

qui ne criaient si fort hier, prétendument avec nous, avant le vote, que pour mieux se coucher aujourd'hui,

 

et qui arpentaient avec nous la rue et le trottoir, moins poussés par la conviction profonde de l'immoralité intrinsèque d'un texte absolument inacceptable que par un appétit de racolage qui se révèle aujourd'hui au grand jour.

 

Tous à la manif !

 

 

 

 

 

 

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Société
Jeudi 23 mai 2013 4 23 /05 /Mai /2013 13:44
- Par L'Equipe d'Hermas

Mgr-Aillet.jpg "La vague d’opposition au mariage et à l’adoption pour tous n’a cessé de s’amplifier depuis que le Cardinal André Vingt-Trois invitait les catholiques de France à prier pour le mariage et la famille, le 15 août dernier.

 

Il s’agit, à n’en pas douter, d’un mouvement social unique dans la France de ces dernières décennies :


  par son ampleur. Jamais les français ne s’étaient mobilisés en aussi grand nombre : 1 million le 13 janvier, et selon toute vraisemblance, 1 million 4, le 24 mars à Paris. Sans compter les manifestations régionales et les multiples rassemblements quasi quotidiens, ici ou là.

 

  par sa diversité. Ce sont des français de toutes conditions sociales, confessions et sensibilités politiques, qui se sont mobilisés et pour qui la rue a été le creuset d’une fraternité inédite.

 

  par son caractère intergénérationnel. Toutes les générations se sont retrouvées engagées dans le même combat : grands-parents, parents, enfants… mais aussi de très nombreux jeunes de la génération JMJ et dont l’engagement est particulièrement remarquable. Au fond, ce sont les familles qui sont descendues dans la rue pour défendre la famille, face à des décideurs qui, il faut bien le dire sans les juger pour autant, n’ont plus beaucoup l’expérience de ce qu’est le mariage ou la famille.

 

  par son contenu. Il ne s’agissait pas de revendiquer des intérêts particuliers mais de défendre le « Bien commun » de la société, qui est tout autre chose que la somme des biens particuliers qui mettent des individus et des groupes en concurrence et provoquent des divisions – c’est bien ce que la revendication d’une ultra minorité de citoyens a engendré dans la société française ces derniers mois ; ce Bien que tous peuvent rechercher en commun, car il peut seul garantir à tous, sans exception, les droits fondamentaux de la personne humaine, tel que le droit à être reconnu comme un homme ou une femme, ou encore le droit d’un enfant, né d’un homme et d’une femme, à se référer à ses origines et à être élevé par un père et une mère.

 

  par son caractère non institutionnel. Ce ne sont ni des partis, ni des organisations professionnelles, ni des confessions religieuses qui ont pris l’initiative d’organiser ces manifestations, même si tous sont les bienvenus : élus, militants politiques, religieux, simples citoyens etc. Jusqu’à ce jour, malgré des manœuvres évidentes, ces manifestations n’ont pu être récupérées par aucun parti politique comme si, sans nier l’engagement honnête de nombreux hommes politiques, les partis, d’ailleurs divisés sur la question, ne parvenaient plus à emporter l’adhésion des citoyens.

 

  par son caractère pacifique et responsable. Contrairement à ce qu’on a bien voulu dire, le mouvement n’a conduit à aucun débordement de violence : ni vitrine cassée, ni voiture renversée, ni policier hospitalisé. Cette vague d’opposition a même engendré, parmi ses plus beaux fruits, le mouvement des veilleurs qui se multiplient dans de nombreuses villes de France pour manifester, dans le silence, l’écoute de textes fondamentaux et la non violence, la profondeur de leur conscience. « Je veille », disait naguère le bienheureux Jean Paul II, « cela veut dire : je m’efforce d’être un homme de conscience. Je n’étouffe pas cette conscience et je ne la déforme pas ; j’appelle le bien et le mal par leur nom, je ne les confonds pas ; j’accrois le bien en moi et j’essaie de corriger le mal, le surmontant en moi-même ». Là se trouve le prélude véritable à une action politique digne de ce nom.

 

  par son respect des personnes. Le mouvement a été porté par une argumentation fondée en raison, qui conteste l’inscription dans la loi du mariage entre personnes de même sexe en vue d’adopter des enfants, mais n’a en aucun cas stigmatisé quiconque. Faut-il rappeler qu’il n’y a discrimination que lorsqu’ on traite différemment des personnes dont la situation est identique : or il y a une différence fondamentale entre un couple de personnes de sexes différents et un couple de personnes de même sexe, car dans un cas il peut engendrer, et dans l’autre pas. Au fait, n’y a-t-il pas une discrimination plus grande encore à réduire une personne à son orientation sexuelle ? Il n’y a pas des homosexuels, il y a des hommes et des femmes qui peuvent avoir une orientation homosexuelle, qu’ils n’ont pas nécessairement choisie, mais dont l’identité est plus large que leur orientation. Et une personne a toujours droit a être respectée : il me semble que « la manif pour tous » a toujours condamné toute forme de rejet et de violence envers une personne, en raison de son orientation sexuelle.

 

  par l’importance de la prière qui enveloppe tout ce mouvement. S’il s’agit d’abord d’une démarche citoyenne, apolitique et aconfessionnelle, jamais les catholiques n’auront autant supplié le Seigneur publiquement, ou bien dans le secret des cloîtres et des cœurs, de venir en aide à la France en cette période troublée de son histoire.

 

Unique aussi et sans précédent par le traitement dont ce mouvement a bénéficié de la part des pouvoirs publics et de la grande presse :

 

 - mensonges sur les chiffres pour tenter de minimiser l’ampleur populaire du mouvement dans l’opinion publique.

 

 - silence délibéré de la plupart des grands media, se rendant ainsi complices de l’Etat et des lobbies minoritaires qui ont défendu ce projet.

 

 - répression policière disproportionnée, n’hésitant pas à faire usage de la force, voire de la violence, à l’encontre de manifestants désarmés et pacifiques.

 

- mépris du peuple par un gouvernement qui prétend être sur le terrain et à l’écoute de la rue. C’est un peu le monde à l’envers : héritiers directs de ces étudiants qui lançaient des pavés sur les CRS en mai 68, nos ministres ne se déplacent plus sans la présence de CRS en nombre pour se protéger de groupes inoffensifs, qui n’ont pour arme que leur présence tapageuse, leurs banderoles et leur voix.

 

- Passage en force de la loi, quand bien même l’opinion publique est en train de basculer : 56% des français interrogés par les Instituts de sondage ne sont pas favorables à la loi Taubira, ce qui la fait reposer sur un socle démocratique bien fragile. Sans aucun doute les réseaux sociaux ont permis à ce vaste mouvement populaire de faire connaître la vérité à de nombreux citoyens privés d’informations objectives.

 

Je tiens à le dire : la loi Taubira n’est pas juste et la manière dont elle a été imposée aux français n’est pas juste non plus. La poursuite du mouvement d’opposition est donc pleinement légitime, non seulement parce qu’il est légitime de demander l’abrogation d’une loi qui est contraire à la conscience, mais encore parce que cette loi en cache d’autres à venir inéluctablement, au nom même du principe de non discrimination qui fonde toute cette législation en France et en Europe : je veux parler de la reconnaissance de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les couples de lesbiennes et de la Gestation Pour Autrui (GPA) pour les couples gays. En outre, il est évident que le mariage pour tous n’est qu’une étape vers la mise en œuvre généralisée de « l’idéologie du gender » qui est le véritable mobile de ce « changement de civilisation », comme l’attestent les programmes imposés de l’Education nationale et qui passeraient du coup presque inaperçus.

 

Comme citoyen, je soutiens la poursuite du mouvement et la manifestation nationale du 26 mai à Paris. Comme évêque, je ne peux, chers diocésains, qu’encourager ceux d’entre vous qui le peuvent et qui le jugent bon en conscience, à participer à cette manifestation, où je compte vous rejoindre. La manifestation reste en effet un moyen valable, dans le cadre d’une démocratie participative, pour faire entendre sa voix.

 

Dans la mesure où cette manifestation demeure, dans son organisation, apolitique et aconfessionnelle, pacifique et respectueuse des personnes, j’appelle donc à manifester pour :

 

- Demander le retrait ou l’abrogation d’une loi injuste et préjudiciable, non seulement à l’intérêt de l’enfant, mais à la cohésion sociale déjà si fragilisée.


- attirer l’attention de nos concitoyens sur la gravité des menaces qui pèsent sur l’avenir de notre société : généralisation de l’idéologie du gender, extension de la PMA et de la GPA aux couples homosexuels, politique familiale en régression.

 

- encourager ceux qui se sont mobilisés durant des mois et dont l’engagement n’a pas faibli, en particulier les jeunes qui sont les cadres de la France de demain.

 

- montrer au gouvernement, qui connaît parfaitement l’ampleur réelle de la mobilisation, que ce mouvement social est irréversible et qu’il peut devenir une force de proposition et d’action politique pour demain.


La prière demeure l’arme principale de notre combat, comme je l’ai déjà écrit en appelant à prier ensemble le chapelet durant ce mois de Marie. « Le chrétien qui prie ne prétend pas changer les plans de Dieu ni corriger ce que Dieu a prévu. Il cherche plutôt à rencontrer le Père de Jésus-Christ, lui demandant d’être présent en lui et dans son action par le secours de son Esprit » (Benoît XVI). Nous pourrons aussi nous unir à beaucoup d’autres en offrant le vendredi 24 mai une journée de jeûne et de prière.

 

Avec mes sentiments dévoués dans le Christ et Son Eglise"

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Paroles d'évêque et de prêtre
Mercredi 1 mai 2013 3 01 /05 /Mai /2013 11:47
- Par L'Equipe d'Hermas

Le 1er mai, nous fêtons saint Joseph ouvrier, ou artisan, et la fête du travail. Jamais le travail n'a autant manqué en France, avec un record historique de 3,224 millions de chômeurs à la fin du mois de mars. A cette occasion, voici un extrait du discours du Bienheureux Jean-Paul II (béatifié le 1er mai 2011) lors d'une rencontre avec des travailleurs italiens (19/03/94) :

 

*

*          *

 

JP-II.JPGLe fruit le plus important du travail est l'homme lui-même. Au moyen de sa propre activité, l'homme se forme lui-même, dans la mesure où il découvre ses propres possibilités et les met en œuvre. Dans le même temps, il les donne aux autres et à la société tout entière. Il confirme ainsi, au moyen du travail, sa propre humanité et devient en un certain sens, un don pour les autres, en se réalisant pleinement lui-même.

 

C'est cela, la grande signification du travail humain, la signification personnelle, que j'ai voulu mettre en relief dans l'Encyclique Laborem exercens. Il ne faut jamais perdre de vue cet ordre de préséance. On ne peut jamais subordonner le travail au capital, parce que c'est contraire à l'ordre établi par le Créateur. Le travail est accompli par l'homme pour l'homme. Ce n'est qu'alors qu'il correspond à l'ordre correct. Autrement, le dessein du Créateur est ébranlé et détruit.(...)

 

Nous voulons aujourd'hui considérer en particulier le travail par rapport à la famille. L'artisan Joseph de Nazareth peinait pour faire vivre la Sainte Famille. Travailler pour subvenir aux besoins familiaux est le premier devoir de tout travailleur et de toute travailleuse. Si l'ordre social du travail doit être rapporté à la personne qui travaille, s'il doit lui servir, cela signifie que le travail doit servir au bien des familles, en créant pour elles les conditions pour l'existence et l'éducation des enfants. On ne soulignera jamais assez, en cette année dédiée à la famille, ce qu'elle représente pour la société.


Nous devons donc consacrer une attention particulière au travail très important accompli par les femmes, par les mères au sein de la famille. Elles sont irremplaçables dans les devoirs qui leur ont été confiés par le Créateur lui-même. Personne ne sait donner la vie, personne ne sait éduquer le nouveau-né, comme une mère. Dieu lui-même, pourrions-nous dire, s'est plié à cette règle, en confiant son Fils unique à Marie. (...)


Combien est-il urgent de repenser, dans son ensemble, le problème de l'organisation du travail et de l'emploi ! Les perspectives d'espérances pour les jeunes qui désirent jouer leur rôle avec responsabilité dans la société, ne doivent pas manquer dans le pays. Ils doivent sentir que la société a besoin d'eux, qu'elle attend d'eux une contribution au bien commun, selon la préparation spécifique de chacun. Il ne faut pas laisser s'échapper et se perdre ces jeunes énergies, on ne peut pas éteindre l'esprit. Si le système économique actuel ne garantit pas cela, il faut le revoir avec courage et, si nécessaire, le corriger. (...)


Nous prions pour l'Italie. Mais l'Italie se trouve en Europe et dans le monde, où les pays victimes d'exploitation des systèmes économiques internationaux en vigueur sont de plus en plus nombreux. On paie toujours moins pour les produits du dur labeur de la terre, on exige toujours plus pour ceux de l'activité industrielle, et de cette manière, au lieu du développement auquel elles ont droit, de nombreuses nations sont comme condamnées à la stagnation, au chômage, à l'émigration. Il s'agit d'un système injuste qui devient aujourd'hui un problème mondial: c'est une injustice qui met en cause le soi-disant premier monde, face à la détérioration des conditions des peuples du Tiers-Monde. L'ordre fondamental qui garantit la priorité du travail sur le capital, n'est-il pas bouleversé à grande échelle ? Le capital ne devient-il pas toujours plus puissant et inhumain ? Et les victimes de telles situations sont toujours plus l'homme et la femme.


Vous, hommes responsables de la justice, des conditions des travailleurs, où qu'ils se trouvent sur la terre ; vous, représentants des syndicats, vous devez crier à voix haute, vous devez exiger le changement de cet ordre.


Quelles solutions au problème de la pauvreté les tout-puissants possesseurs du capital cherchent-il à imposer aux nations pauvres ? Ils proposent, comme moyen principal, la destruction du droit à la vie. N'est-ce pas là une absurdité manifeste ? Toutes les richesses de la création sont pour l'homme et il n'y a pas de richesse sans l'homme. Si les hommes ne réclament pas à ce sujet, Dieu réclamera ! Et aujourd'hui, c'est le Fils du charpentier, Jésus de Nazareth, qui travailla avec ses propres mains, qui réclame. Il crie à haute voix de la Croix : « Pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu'il font » (Lc 23, 34). Mais il crie aussi :,« Cesse de pécher, cesse de commettre l'injustice, cesse de tuer ! ».


Aujourd'hui est le jour de la grande prière avec les travailleurs : c'est la prière pour le travail. Elle débuta, un jour, sur votre terre italienne. C'est ici, en effet, que saint Benoît enseigna à travailler en priant, et les moines qui le suivirent, fidèles au principe : « Ora et labora ! », accomplirent une grande révolution, qui est tout aussi importante que la révolution industrielle moderne. Le fruit de cette révolution fut la sainteté de l'homme. Le travail rendait homme, sanctifiait l'homme, ennoblissait la vie familiale créait les liens sociaux, formait l'histoire des nations.


Nous rendons grâce pour les fruits extraordinaires de l'activité humaine de nombreux siècles en Italie, en Europe et la prière à l'intérieur du travail humain, même de nos jours. La laïcisation et la sécularisation du travail contribuent seulement à faire en sorte que l'homme haïsse presque le travail et le traite exclusivement comme source de profit. En travaillant ainsi, il ne réussit plus à voir l'homme en lui-même, il ne réussit pas à le voir dans l'autre qui peine à côté de lui.

 

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Société
Mercredi 24 avril 2013 3 24 /04 /Avr /2013 11:55
- Par L'Equipe d'Hermas

... que nous avons à lutter, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes" (saint Paul aux Éphésiens, 6,12).

 

Voici une illustration éloquente de cette vérité et une illustration, en contrepoint, de la "Tolérance" des "esprits" éclairés, face à la "violence" de l'Église, lors d'une conférence donnée par Mgr Léonard, Archevêque de Malines-Bruxelles.

 

 

Tolerance.JPG

 

 

On y voit, sans nul doute, d'un côté toute l'agressivité homophobe de l'évêque et, de l'autre, toute la sérénité, la douceur, l'esprit de concorde, la retenue et, pour tout dire, toute l'humaine intelligence des prêtresses de la Liberté.

Voir les 0 commentaires Communauté : Chrétiens et heureux de croire - Publié dans : Société

Rechercher

A noter

memento.jpg

Nouveau.gif

Editions Hermas.info

Cahiers de Saint-François n°11

CSF11


 Exhortation apostolique

"Verbum Domini"

Verbum-Domini.jpg

Actes des premiers chrétiens (3)

Saintes Félicité et Perpétue

pc5-3

 Actes des premiers chrétiens (2)

La noblesse romaine

pc5-2

La famille de Marie

fdm

 

 EWNT.JPG

 

 

 

 

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés